Afrique: 50 ans d'indépendance » Blog Archive » Louis, professeur
Deutsch
9h

Louis, professeur

Louis Nsalou a 54 ans. Il est professeur de sciences détaché dans un ministère.

Et maintenant, où voulez-vous aller ?


Au port à grumes

Au port à grumes

Les laveurs de linge du Banco, un pressing à ciel ouvert.

L’histoire de Brazza en trois leçons

L’histoire de Brazza en trois leçons

Suivez notre guide et l'historien Marcel Bouessé dans les lieux qui ont marqués l'Histoire du Congo.

Leçon de conduite

Leçon de conduite

Embouteillages, insécurité, incivilités, infrastructures insuffisantes : rouler au Congo n'est pas une mince affaire.

Chez le chinois du coin

Chez le chinois du coin

Comme dans toute l'Afrique, la Chine est devenue ces dernières années un partenaire commercial de premier ordre au Congo.

A l’école de peinture de Poto-Poto

A l’école de peinture de Poto-Poto

L'école de peinture de Poto-Poto a acquis une renommée qui dépasse les frontières du Congo.

L’accueil du Roi Makoko

L’accueil du Roi Makoko

Avec la présence française, la royauté s'est éloignée du pouvoir, mais elle n'a pas disparu pour autant.

Au Festival International les « Feux de Brazza »

Au Festival International les « Feux de Brazza »

Lors des rites et cérémonies, il est de coutume d'allumer un feu, à la fois purificateur et propice à la communion avec les esprits.

Se perdre au Marché Dragage

Se perdre au Marché Dragage

Autrefois adossé à une compagnie de BTP dont il tire son nom, le marché Dragage déploie ses étals à la nuit tombée.

Au défilé de mode

Au défilé de mode

Venez vous faufiler dans les coulisses d'un défilé de mode à Brazzaville.

Partager
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Technorati
  • Twitter

2 commentaires pour „Louis, professeur“

  1. amanfromsouth dit :

    Merci au prince Louis pour ses éclairages sur la royauté Batéké, c’était vraiment interressant de comprendre l’imbrication des royauté traditionnelles et de la république au Congo. Et surtout quelle admirable école de peinture de Poto-Poto vraiment les Mukés resteront dans ma rétine. Merci aussi pour ce beau défilé de mode!! Enfin merci Brazzaville.

  2. amanfromsouth dit :

    le but de ces reportages est de montrer la capitale, c’est un parti pris artistique qu’il faut respecter. Parler de la françafrique peut aussi parfois lasser, car c’est toujours les européens qui imposent leur thématiques aux africains. Laissons les s’exprimer, si vous aviez vu le reportage sur le Gabon vous auriez eu de la critique.

Exprimez-vous