Afrique: 50 ans d'indépendance » Blog Archive » A Radio Campus
Deutsch
20h

A Radio Campus

Keurtice E fait du rap hard core, qui dénonce les maux de la société.

Les vidéos bonus :



La politique

"Les politiques ici essaient de récupérer tout ce qui attire les jeunes..."


Revisiter les indépendances

L'avis de Keurtice E.


Le rap et le graff

Même combat ?


Renaissance

A propos de l'esclavage et de l'histoire.


Le bêtisier

"C'est pas grave, on la refait..."

Et maintenant, où voulez-vous aller ?


Dans le quartier de A.V.A

Dans le quartier de A.V.A

C'est ici qu'ont grandi Divassa et Freepak.

Chez un futur Bouygues

Chez un futur Bouygues

Découvrez un entrepreneur Burkinabé au Gabon.

Chez les pêcheurs du port

Chez les pêcheurs du port

Le poisson le plus populaire ici, c’est la sardine que l’on pêche en abondance.

Chez un caricaturiste

Chez un caricaturiste

Lybek est caricaturiste, spécialiste de bande dessinée.

Chez Miss Judo

Chez Miss Judo

Attention la plus grande championne gabonaise de judo cogne dur !

Chez Andréa, un vanier

Chez Andréa, un vanier

Andréa fabrique des meubles en rotin.

A Pognon Beach

A Pognon Beach

Au départ ça ne s’appelait pas du Jazzé, ça s’appelait la danse du buzz.

Dans les jardins de la Peyrie

Dans les jardins de la Peyrie

Freepak nous emmène dans son univers : le roller.

Partager
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Technorati
  • Twitter

5 commentaires pour „A Radio Campus“

  1. Mako dit :

    Ce reportage ne réflète qu’une partie de la réalité à Libreville, de plus une réalité folklorique, je pense qu’il y a mieux à montrer au public d’Arte que cet aspect d’une jeunesse gabonaise désorientée, peu cultivée et défaitiste, sans parler des images de misère qui occupe les trois-quarts du reportage! Libreville ce n’est pas UNIQUEMENT ces images assez dévalorisantes d’une Afrique dont 50 ans d’indépendance n’ont pas ou peu apporté des changements: bref je suis assez indigné par ces reportages bas de gamme qu’Arte diffuse sur ce site!

  2. mbadinga dit :

    Tous les lieux montrés par le reportages, je les connais par coeur. Arte ne peut pas satisfaire tous voeux! De plus, il n’y a aucune fiction : Lybek, Mélanie, le pont Nomba, etc. sont réels. Je suppose que ce type d’émission répond à une thématique. Arte est plutot à féliciter pour une réalisation que nos propres chaines de TV sont incapables de produire.

  3. amanfromsouth dit :

    Merci a Divassa et Freepak de nous avoir fait voir Lbev comme je ne l’ai jamais vu. J’ai beaucoup d’amis gabonais mais pas encore la chance d’etre allé la bas. le Gabon occupe une place spéciale par sa culture, incroyable de qualité. J’ai beaucoup aimé Keurtyce E, un homme vrai qui fait du rap conscient. Beaucoup mieux qu’une nuée de jolie fille en string. Avec cela on avance. Mbollo Mbollo a tout les gaboma!!!!

  4. amanfromsouth dit :

    Au commentateurs déçus. Il s’agit de choix des guides, par exemple vous avez exactement l’aspect inverse par exemple au sénégal ou on nous montre la ville moderne. De plus tout les amis que je connaisse nous ont témoigné que c’est la premiere fois que l’on parle de l’Afrique en France de manière normale. Si je choisis de montrer la France peut etre que je montrerai mon village du sud ouest. C’est aussi cela. Un ensemble de choses. Je crois que on l’a bien vu dans ce reportage. La les guides sont jeunes et sont hip hop. Que dites vous de la bande son extraordiaire??? rien! Réecoutez le reportage sous cet aspect vous verrez

  5. Ella dit :

    A tous ceux qui viennent s’indigner ici: les chaînes de tv gabonaises valorisent le gabon en faisant de bons reportages? Il y a quoi à Mbolo? Il y a quoi au centre ville? BGFI c’est un monument? Où sont les monuments qu’on devrait filmer? Vous avez honte de cette facette de votre pays? des grapheurs talentueux? de cet entrepreneur en bâtiment? de cet artisan vannier? C’est dommage!

Exprimez-vous