Afrique: 50 ans d'indépendance » Blog Archive » Biographie de Moktar Ould Daddah
Deutsch

Biographie de Moktar Ould Daddah

Moktar Ould Daddah est né en 1924 à Boutilimit, village du Trarza (sud-ouest de la Mauritanie), d’une famille de lettrés. Son père Mohamedoun, et sa mère Khadijetou appartiennent à la tribu des Oulad Byeri.

  • Après l’étude du Coranet l’apprentissage de la langue Arabe, son père l’inscrit en décembre 1934 à la Medersa (école primaire franco-arabe) de Boutilimit où il obtient, en juillet 1939, le certificat d’études primaires élémentaires (C.E.P.E). Cette même année, il est inscrit à l’école Blanchot de Saint-Louis du Sénégal (section des fils de chefs).
  • Fin 1941, il passe avec succès le concours destiné au recrutement d’interprètes auprès de l’administration coloniale. A sa demande il est affecté à Fort-Gouraud (aujourd’hui F’Derik), puis à Fort-Trinquet (aujourd’hui Bir Moughrein) dans le nord du pays. Il y restera six ans.
    Entre 1948 et 1951, il termine ses études secondaires à Nice (sud de la France) où il obtient son Baccalauréat. De 1951 à 1955, il étudie le Droit à la faculté de Droit de Paris où, en 1955 il obtient, outre la Licence, le Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat (C.A.P.A).
    Se destinant au Barreau, il suit son stage d’avocat au cabinet de Maître Boissier-Palun à Dakar, de novembre 1956 à mars 1957.
  • A la suite du vote de la LOI-CADRE Defferre par l’Assemblée Nationale française (23 juin 1956), loi qui ouvre la voie à l’autonomie des anciennes colonies, Moktar Ould Daddah est élu Vice-président du Conseil de Gouvernement, la présidence restant exercée par le Gouverneur français (20 mai 1957). Deux mois après son installation à la vice-présidence du Conseil de Gouvernement, Moktar Ould Daddah plaide pour la création d’une capitale sur le territoire mauritanien.
  • Nouakchott, petit ksar militaire colonial, situé au sud-ouest du pays, à quelques kilomètres de la mer, sur la piste impériale numéro 1 reliant Dakar à Casablanca, est finalement choisi.
    Le 24 juillet 1957, le gouvernement français signe le décret transférant la capitale de la Mauritanie de Saint-Louis du Sénégal à Nouakchott, et le 5 mars 1958, Gérard Jaquet, ministre de la France d’Outre-Mer, en pose la première pierre.
  • En 1958, après le retour au pouvoir du Général de Gaulle, le processus menant à la complète autonomie interne s’accélère. C’est ainsi que le 25 juin 1958, le gouvernement français décide de transférer la présidence du Conseil de Gouvernement aux vice-présidents autochtones. Le 31 juillet 1958, le gouverneur Mouragues, dernier gouverneur de la Mauritanie, installe Moktar Ould Daddah dans ses nouvelles fonctions.
  • Le 4 novembre 1958, Moktar Ould Daddah épouse à Paris Marie Thérèse Gadroy, qui deviendra Mariem Daddah, avocate et candidate au concours français de la Magistrature. Elle se convertira à l’Islam en 1977.
  • Le 28 novembre 1960 Moktar Ould Daddah, en présence de nombreuses délégations étrangères, au premier rang desquelles la délégation française, dirigée par Michel Debré alors Premier Ministre et Si Mohamed Masmoudi Ministre de l’Information de Tunisie, proclame l’indépendance de la République Islamique de Mauritanie.
  • Elu Président de la République en 1961, il sera réélu trois fois en 1966, 1971 et 1976, avant d’être renversé par un coup d’état militaire le 10 juillet 1978. Il sera alors retenu prisonnier durant quinze mois dans le fort militaire de Oualata, dans l’extrême est mauritanien à la suite d’un « procès » le condamnant pour « haute trahison ».
  • Libéré pour raisons médicales le 2 octobre 1979, et évacué en France, il s’y installe avec sa famille, son épouse et ses trois enfants, Mohamedoun, Faïza et Azeddine dans un appartement mis à sa disposition par le Président ivoirien Félix Houphouët-Boigny. Il est ensuite l’hôte personnel du Président Habib Bourguiba de Tunisie de 1981 à1984. Il se fixe enfin à Nice qu’il ne quittera que le 17 juillet 2001 pour regagner son pays natal.

Il décède dans la nuit du 14 au 15 octobre 2003 à l’hôpital du Val de Grâce à Paris.

(source Fondation Moktar Ould Daddah)

Et maintenant, où voulez-vous aller ?


Au marché Charbon

Au marché Charbon

Le marché Charbon était autrefois spécialisé dans la vente de charbon

Découvrir l’histoire de Nouakchott avec Mariem Daddah

Découvrir l’histoire de Nouakchott avec Mariem Daddah

Mariem Daddah nous conduit dans quelques lieux symboliques de Nouakchott.

Assister aux répétitions de Monza

Assister aux répétitions de Monza

Monza, alias le Président 2 la Rue Publik, est une star du rap mauritanien.

Place de la Mairie

Place de la Mairie

Un petit îlot de verdure a vu le jour dans le quartier de Tevragh Zeina.

A la rencontre de l’imam Sarr

A la rencontre de l’imam Sarr

Près de 100% de la population mauritanienne est musulmane.

Chez Amy Sow

Chez Amy Sow

Amy Sow est l’une des artistes peintres les plus connues de Mauritanie.

A l’association SOS Pairs Educateurs

A l’association SOS Pairs Educateurs

Prévention du Sida, sensibilisation des jeunes, dépistage... un des acteurs majeurs de la lutte contre le VIH.

A la soirée slam et poésie

A la soirée slam et poésie

Première édition de « Traversées Mauritanides », consacré à la littérature francophone en Mauritanie.

Chez Mame Diarra

Chez Mame Diarra

Direction « Ndame Adjana », appelé aussi le Bégué, qui signifie la Joie en wolof.

Partager
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Technorati
  • Twitter

Exprimez-vous